No front page content has been created yet.

Nouvelles

View all

Préparer et Financer les projets sur l'eau en Afrique

La Facilité africaine de l'eau (FAE) octroie des dons et fournit une assistance technique afin de mettre en œuvre des projets innovants dans le domaine de l'eau, et d’attirer des investissements pour soutenir des projets visant la gestion des ressources en eau sur l'ensemble du continent africain.

Depuis sa création, la FAE s'est distinguée en octroyant des dons pour la préparation de projets accompagnés de mesures de renforcement de la gouvernance de l'eau et de gestion de connaissance sur l'eau. Globalement, l’action de la Facilité est d’appuyer des projets destinés à améliorer la sécurité de l’eau, la sécurité énergétique et la sécurité alimentaire, à stimuler la coopération régionale et à promouvoir la croissance socioéconomique en Afrique.
Dans le cadre de Stratégie 2017-2025, la FAE concentrera ses activités et opérations autour de trois domaines stratégiques prioritaires, qui, ensemble, fournissent une approche complète de préparation de projets créant un climat favorable à l'investissement, développant des infrastructures durables et favorisant le financement des investissements jusqu'à leur réalisation.

 

Mission et stratégie

La FAE aide les pays africains à réaliser les objectifs et les cibles fixés par les Objectifs de Développement Durable – 2030 pour le secteur de l'eau et de l'assainissement, et par la Vision africaine de l'eau pour 2025.

 

Histoire

Fondée en 2004, la Facilité africaine de l'eau a reçu ses premiers fonds en 2005 et est entrée en service en 2006, année du financement de son premier projet : Appui à la création de l'Autorité du bassin de la Volta.

 

Gouvernance

Le Conseil de direction détermine la politique et l'orientation générales de la FAE. Il se compose de 13 membres nommés par l'AMCOW, les bailleurs du fonds, la Banque africaine de développement, l'Union africaine et l'ONU-Eau/Afrique.

 

Bailleurs et financement

De 2006 à 2012, la FAE a mobilisé 151,2 millions d'euros octroyés par 14 institutions financières bilatérales et multilatérales, fondations et gouvernements africains.